Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 17:30

En ce  mois de juin 2017  et  pendant  trois semaines 7 candidats ont préparé l'´ASSR 1 et ASSR 2( Attestation Scolaire de Sécurité Routière )  au collège Gorge Brassens , pour passer l'examen le 23 juin 2017 ;

Le dernier jour de préparation , nous avons  eu  Antony qui était très motivé et très fort en connaissances théoriques.

Karmen

 

A l'issue de l'examen, les 7 candidats ont réussi l'ASSR 1 du premier coup.

Les 5 plus âgés pouvaient se présenter à l'ASSR 2, qu'ils ont là encore tous réussi, même si Jayson a eu droit à l'épreuve de repêchage.

 

BRAVO  A  EUX

ET MERCI A ODILE ET KARMEN QUI LES ONT BIEN PREPARES.

Repost 0
Published by ASET 69 - dans Le collège
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 11:43

J'étais à nouveau ce matin sur le parc de l'esplanade Nelson Mandela avec Chloé.

Nous avons accueilli 11 élèves albanais entre 3 et 14 ans.

Ils avaient chaud, très chaud.

Et la fontaine publique a été fermée ....!

*yves*

Repost 0
Published by ASET 69 - dans Le camion d'Yves
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 11:28
Jonage
Jonage

Sous un ciel écrasant, d'un bleu chaleureux, les élèves de la mission travaillent d'arrache-pied. Les bouteilles d'eau des mamans sont les bienvenues !

Pour être dans le ton estival, nous travaillons "ma jungle" d'Antoine Guillopé.

Jonage
Jonage
Repost 0
Published by ASET 69
commenter cet article
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 14:20

Cette année encore, diverses manifestations à Lyon pour la

"Journée mondiale du réfugié"

organisée par Forum Réfugiés

le mardi 20 juin 2017

Avec

- Le village inter-associatif, de 11h à 18h, gare de Perrache

 

- La Marche des parapluies, à partir de 18h, place Carnot

"Le parapluie blanc symbolise l'abri et la protection qui doivent être garantis à tous les réfugiés

par les États signataires de la Convention de Genève."

 

- Une soirée festive "Cultures du monde" avec des musiciens réfugiés, à partir de 19h30, place Carnot.

 

Vous trouverez le programme détaillé ci-dessous.

 

Bonne journée si vous pouvez participer,

Repost 0
Published by ASET 69 - dans aller plus loin
commenter cet article
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 14:10

 

L'édition 2017 de "Dialogues en humanités"

se déroulera à Lyon, les 7, 8 et 9 juillet

au Parc de la Tête d'Or.

Des échanges, des rencontres sportives, des témoignages, des dédicaces de livres, des expositions, des spectacles, des films,...

le programme est très riche, prenez le temps de le lire jusqu'au bout

Bonne participation,

 

Repost 0
Published by ASET 69 - dans aller plus loin
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 20:26

Samedi prochain 10 juin,

Elisabeth Clanet assure une conférence

de 8h30 à 12h à l'ESPE à la Croix Rousse

Repères/Repaires linguistiques, entre connivence, exclusion, communication et domination

Langue adamique vs Langues naturelles / Langues formelles

Diglossie

Langage verbal / non-verbal / semi-verbal

Plurilinguisme

Le syndrome de Schibboleth ou l’urgence de l’accent authentique

Illettrisme / Analphabétisme - De l’acrolecte des clercs à l’humiliation du citoyen

La langue romani, entre variantes et unification

Métissages et connivence : l’exemple du yéniche et du parler voyageur

ESPE

5 rue Anselme
69004 Lyon
Lab S 004
Repost 0
Published by ASET 69 - dans aller plus loin
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 11:47
Un élève se présente au CFG
Aujourd'hui 1er  juin, dans le Rhône, nous  avons un élève  qui se présente en candidat individuel à l'examen du CFG au collège Brosselette à Oullins. Le matin,  les épreuves écrites  d'une heure en français  et d' une heure  en maths sont organisées de façon très officielle : un élève  par table , sacs et cartables au tableau, il faut fournir pièce d'identité et convocation. 
L'après-midi  , Wesley est convoqué pour  une épreuve orale de vingt minutes durant  laquelle il présentera son projet professionnel.
                                 Bon courage à lui. 

suite et fin ...

 

Ouf ! L'examen s'est bien passé ! D'après  Wesley, c'était " bien", pas trop long et plus facile qu'il ne pensait . En français, le texte parlait d'un cimetière  bizarre , il fallait mettre des verbes à l'infinitif , et au passé , mettre une phrase avec" je " au présent,  puis inventer un texte gai. Il a réussi à  écrire 10 lignes. 
En maths, il aura 20 sur  20 ! A l'épreuve  orale, il a été interrogé à propos du métier "d'élagueur " et de la signification  des initiales cfg : certificat de formation générale. Les résultats de l'examen seront envoyés à domicile autour du 3 juillet.

Je peux aussi témoigner du formidable accueil de l'équipe enseignante et de la remarquable organisation des épreuves au Collège Brosselette d'Oullins.

 

                                               Odile

Repost 0
Published by ASET 69 - dans Le collège
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 17:13
Laura, encore ... quelle artiste !

Retour d'un devoir d'Arts Plastiques de Laura M. qui nous avait déjà régalés de son Van Gogh.

chacun reconnaîtra bien sûr Michael Jackson

Laura, encore ... quelle artiste !
Laura, encore ... quelle artiste !
Repost 0
Published by ASET 69 - dans Le collège
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 09:17

A la demande de l'IA, je devais prendre contact avec une famille Pakistanaise hébergée à Theizé afin de positionner 2 enfants. N'ayant pas réussi à prendre contact avec le responsable du Centre, je me décidais donc lundi soir, en rentrant de Lyon, à passer directement sur le site.

Après quelques méandres en camion au milieu des vignes, et grâce aux bonnes indications d'un habitant du village, j'arrivais enfin vers 21 h, au CHU géré par OVE sis au Boîtier, hameau de la commune de Theizé.

Accueilli par des familles de différentes nationalités, je rencontrai finalement les parents et les adolescents pour lesquels j'étais là. Nous avons échangé en anglais pendant une quinzaine de minutes pour leur présenter le pourquoi de mon intervention, prendre RV pour le lendemain, et alors que je m'apprêtais à retourner au camion, le papa insista pour que je "EAT" avec eux !

Je m'évertuais alors à lui faire comprendre que je ne voulais en aucune façon les déranger, et que j'avais par ailleurs encore près de 45 minutes de route pour rentrer chez moi. Il insistait et semblait vraiment désireux que j'accepte de rejoindre leur appartement à l'étage ... je cédai donc à sa demande et me suis retrouvé assis à table à ses côtés devant un étalage de plats tous plus pakistanais les uns que les autres, : viande en sauce, oeufs durs et légumes en beignets, fromage blanc assaisonné, dattes, pain typique, .... Les enfants et la maman nous entouraient ; le père a prononcé quelques paroles précises ... et j'ai réalisé qu'ils avaient tenu à ce que je "rompe le jeûne" du Ramadan avec eux et que c'était important de partager ce moment avec l'étranger qui venait de débarquer (moi, en l'occurrence !) ....

Ce fut un moment très riche pendant lequel plus j'essayais de leur demander de tenir compte de mon "surpoids" déjà bien en place, plus ils pensaient m'aider à le résorber en me resservant généreusement ....!

Je les quittais vers 22h 30, très ému de cet accueil et de ce partage ...

... émotion, encore, ....
Repost 0
Published by ASET 69 - dans Le camion d'Yves
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 08:35
témoignage de Violaine

Violaine nous a accompagnés cette année dans le cadre de son engagement social en seconde année de médecine, avec le suivi du Centre Laennec.

Voici son retour :

 

De l’autre côté de la rue…

 

Petite, je passais souvent en voiture devant un emplacement dédié aux gens du voyage, où les caravanes s’assemblaient. Plus tard, en prenant le périphérique, j’ai vu les bidonvilles, ces cabanes construites dans la saleté et les détritus.

Qui sont toutes ces populations que l’on aperçoit depuis la vitre de sa voiture ? On leur imagine des vies sans les connaître. On peut les craindre, les plaindre ou être simplement curieux envers ces gens qui vivent si différemment de nous alors que nous habitons à côté. Grâce à l'ASET j’ai enfin pu les rencontrer et abolir mes préjugés.

                Il est 9h30. Odile vient me chercher à la sortie du métro Laurent Bonnevay dans son nouveau camion si joliment décoré. Je monte vite, il fait froid et nous sommes en retard ! Aujourd’hui, pour la première fois, je vais aller dans un bidonville habité par des roms, le bidonville de Salengro. Odile m’explique que certains enfants ne sont jamais allés à l’école, même en Roumanie. Notre but va être de les familiariser avec l’environnement scolaire, c’est-à-dire, respecter les règles (rester assis pendant 2h, ne pas parler en même temps que la maîtresse…), respecter ses camarades, tenir un stylo dans sa main, apprendre à colorier, apprendre l’alphabet, apprendre à compter, apprendre à conjuguer les verbes…

                Nous arrivons enfin. Le bidonville est sous le périphérique. Les cabanes, faites de palissades, de toile, de rideaux et de tout ce qui peut être récupéré, se trouvent en haut d’une belle montée. Il y a beaucoup de déchets par terre, et nous marchons dans la boue. Odile a des sacs de vêtements. Elle m’en donne deux pour que j’aille les donner dans deux foyers différents. Je tape aux portes, les cabanes sont minuscules. Le lit est juste derrière la porte. Tout le monde dort dans le même lit : les enfants et les parents. Certaines familles ont pu récupérer une table et des chaises, des réchauds. Dehors, il y a des grands miroirs, des canapés et des frigos qui servent de rangements résistants. Je tends le sac après avoir lancé un timide « bonjour ». Il y a peu d’échanges verbaux, seulement des sourires où se mêlent gratitude et honte.

                Quelques enfants reconnaissent Odile, qui était déjà venue, et courent jusqu’au camion. Nous cherchons s’il y a d’autres enfants que nous pourrions prendre. Si le tuteur est d’accord, nous l’inscrivons. Odile demande seulement le carnet de famille ou le passeport de l’enfant. Pendant qu’Odile termine d’inscrire les nouveaux élèves, je redescends au camion. Je me présente, ils ont du mal avec mon prénom. Moi aussi, j’ai eu du mal à retenir leurs prénoms : Maria, Natalia, Régina, Calin, Calina, Claudiu, Diana et Marian. La plus petite a 4 ans.

Au moment de rentrer dans le camion, Odile gronde Maria car celle-ci est pieds-nus. J’avais remarqué mais je n’avais rien osé dire croyant qu’elle n’avait tout simplement pas de chaussures. Mais si, elle revient avec des sandales. C’est la 1ère leçon pour Maria : « On vient à l’école propre et habillé ». Ensuite, on leur donne des serviettes nettoyantes pour qu’ils se lavent les mains. Certains veulent jeter leur serviette dehors. Odile leur montre la poubelle en expliquant qu’il faut jeter les déchets dedans. Les enfants chahutent et grimpent sur les tables. Il faut élever la voix pour qu’ils s’assoient tous autour de la table ronde.

L’école peut commencer. Nous  essayons de leur faire dire la date. Nous devons leur apprendre les jours. Puis Odile écrit la date au tableau. Nous essayons de leur faire lire mardi : mmm -aaa -rrr -d – iii. Ensuite, l’objectif est de leur faire écrire leur prénom. Ils ont chacun un crayon et un cahier. On leur détaille chaque lettre, on leur tient la main ou on dessine des pointillés pour qu’ils repassent dessus. Il faut être très patient. Ensuite, Odile sort une fiche de mots fléchés pour les plus grands et une fiche de graphisme pour les plus petits. Les plus grands ont une liste de mots qu’ils doivent placer, ils sont aidés de dessins. Même s’ils ne savent pas lire, au moins ils apprennent le mot français pour le dessin et ils comprennent qu’un mot est un ensemble de lettres. Ensuite, ils peuvent colorier les dessins. Les petits doivent théoriquement faire des motifs (boucles, points, ronds, …) dans le coloriage, mais le plus souvent ils décident de tout colorier. Finalement, petits et grands doivent coller leurs travaux dans leur cahier après avoir mis un coup de « tampono » avec la date. La colle liquide est une belle étape à franchir.

A 11h15, c’est l’heure de la détente, ils sortent les jeux. Les garçons sortent le circuit de voitures ou s’amusent à construire des maisons. Les filles veulent jouer à la caissière. Elles se chamaillent pour savoir qui tient la caisse. Je m’occupe d’elles ; j’en profite pour leur apprendre à compter : « si trois tomates valent un euro et que je t’achète douze tomates, combien je te dois ? ». Elles s’appliquent beaucoup. Elles m’apprennent quelques mots de romani. C’est une très belle langue.

A 11h45, nous rangeons les jeux et nous nous asseyons tous autour de la table pour jouer à un jeu tous ensemble. Aujourd’hui, c’est le « memory ». Maria et Regina gagnent plein de paires mais elles aident les autres enfants à en avoir aussi. Au final, tout le monde a gagné plusieurs paires. Le jeu leur permet d’apprendre le nom des animaux qui sont sur les cartes. Leur préféré est bien évidemment le cheval !

A 12h, l’école est finie. Les enfants ne veulent pas partir. Ils veulent que l’on revienne demain. C’est touchant et émouvant. Odile et moi rangeons la grande table ronde et les tabourets pour pas qu’ils ne glissent quand nous allons démarrer le camion. Je range les cahiers dans les étagères. Nous passons un coup de chiffon et de balai et nous partons. Odile me repose au métro et ma matinée se termine là, les souvenirs plein la tête.

Les roms ne sont pas les seuls que j’ai rencontrés. J’ai aussi accompagné Odile et Yves auprès de gens du voyage (où là les niveaux sont très disparates, certains enfants sont inscrits au CNED, ils ont donc un parcours précis d’autres ne savent pas encore lire), de forains, de sdf, de réfugiés albanais et iraniens… Tous les enfants se ressemblent ; ils sont habités par la même joie de vivre et la même envie d’apprendre. Cette association est un tremplin pour eux, je ne peux que l’encourager à perdurer.

Ce PAS m’a ouvert les yeux. J’ai honte, qu’en France des enfants dorment dehors, que des enfants ne sachent ni lire, ni écrire, ni compter. La précarité ne se trouve pas à l’autre bout du monde, elle peut se trouver là, de l’autre côté de la rue.

 

Violaine Rannou

22/04/2017

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de laclasseniglo.over-blog.com
  • Le blog de laclasseniglo.over-blog.com
  • : Blog des camions écoles de la région de Lyon, ce blog a vocation de laisser une trace de l'activité des antennes scolaires mobiles
  • Contact

Recherche